La réduction mammaire

La réduction du volume de la poitrine est une des interventions le plus demandés en chirurgie du sein, car elle permet un meilleur confort de vie en soulageant les douleurs du dos, en facilitant la pratique d’un sport et en retrouvant une poitrine plus adaptée comme volume et forme à son corps en général. L’harmonie d’ensemble est retrouvée, une poitrine moins volumineuse et rajeunie permets de garder son image de corps jeune, qu’on souhaite tant garder.

fiche pratique : Réduction mammaire

GÉNÉRALITÉS Techniques chirurgicales Déroulement Résultats

Le volume mammaire trop important par rapport à la morphologie de la patiente (« seins trop volumineux ») est suivi d’une discomfort et d’un retentissement physique, psychologique et fonctionnel (douleurs cervico-dorsales, des épaules, du dos, mauvaises postures, traces des bretelles du soutien gorge sur les épaules, gène dans la pratique du sport, difficultés vestimentaires, insatisfaction personnelles).

Cet excès de volume de glande mammaire peut apparaitre suite à un développement excessif de la glande mammaire à la puberté, après les grossesses, ou à la ménopause.

Une patiente très jeune sera informé du risque de possible intervention à long terme, surtout si la croissance glandulaire n’est pas terminée mais l’intervention demandée par rapport aux problèmes de volume (douleurs type dorsalgies, etc.).

Les patientes qui sont dans la période de maternité seront conseiller de faire l’intervention soit avant, soit après, car faire l’interventions entre les grossesses pourrait abîmer le résultat, avec une nouvelle distension de la peau et de la glande mammaire hormonale et par prise du poids.

Le but de l’intervention est d’obtenir une meilleure forme possible du sein, d’adapter le volume à la demande de la patiente et à sa morphologie et de limiter au plus les cicatrices sur les seins.

Le volume jugée trop volumineux de la poitrine s’associe souvent d’une distension de la peau avec des vergetures, affaissement du sein, avec aspect de sein tombant, trop large, qui se continuent vers la partie externe du thorax (prolongements axillaires graisseux).

 Principes de la réduction mammaire

Le geste de réduction du volume mammaire consiste en :

  • une diminution du volume glandulaire (on réduit le sein en largeur et en volume),
  • une résection de la peau en excès (seins hypertrophiés, larges avec « trop de peau »
  • une diminution de la taille des aréoles (souvent trop distendues par le poids des seins)
  • un remodelage glandulaire pour retrouver le joli galbe du décolleté affaissé par le glissement du sein à cause du poids
  • un lifting de la poitrine (péxie cutané) si seins trop tombants
  • une lipoaspiration des prolongements graisseux axillaires disgracieux, qui empêche l’habillage et oblige à porter des gros bonnets

Les cicatrices de plastie mammaire (réduction mammaire)

En fonction de la forme de votre poitrine, de la qualité de la peau et de la consistance de la glande mammaire, du volume mammaire à enlever, les possible cicatrices sont :

  • Péri-aréolaires (autour des aréoles, « round-block », permettent une réduction de la taille des aréoles et de remonter la position de l’aréole sur le sein, aspect de lifting des seins)
  • Verticale (pour les seins fermes, avec bon tonus de la peau et glande mammaire ferme, seins pas trop larges, pas trop tombants)
  • En « T inversé » (ancre de marine) – permettent de diminuer la base des seins larges, de concentrer la glande mammaire er remonter les seins, préviennent le déroulement des seins un peu lourds à long terme

Vous allez choisir en consultation, après concertation avec votre chirurgien esthétique, la technique approprié et les possibles cicatrices. Des aléas d’anatomie peuvent imposer un changement de plan, dont vous serez informée avant l’opération.

Conditions de prise en charge

La prise en charge sera possible seulement en cas de résection d’un volume glandulaire de minimum 300gr par sein, dans le cas contraire, il s’agit d’une chirurgie esthétique, non prise en charge.

Une consultation préalable avec votre chirurgien vous oriente vers une réponse adaptée (examen clinique, volume présent et celui souhaité par la patiente, en harmonie avec sa silhouette).

Une perte de poids naturelle ou post-chirurgie bariatrique avec persistance des « gros seins qui tombent » sera analysé au cas par cas, car si pas de volume d’exérèse prévu à minimum 300 gr par sein, votre intervention pour remonter la poitrine ne sera pas prise en charge.

Une demande de remonter la poitrine tombante tout en gardant le volume, ne sera pas prise en charge (sans ou avec pose de prothèse mammaire) si pas de volume à minima à enlever de 300gr par sein.

Les seins tombants, à base larges mais manquant du volume mammaire suffisant pour une réduction de 300gr par seins, tient de la chirurgie esthétique pure (cure de ptose ou mastopéxie mammaire), à votre charge entièrement.

Une asymétrie de volume, avec un seul sein assez gros pour justifier une réduction du volume de 300gr minimum peut être prise en charge, le sein controlatéral étant diminuer parfois de moins de 300 gr pour une meilleure symétrie, tient de la chirurgie esthétique pure.

Certains gestes tiennent aussi de la chirurgie esthétique (lipoaspiration, plastie aréolaires, mastopexie cutané), un devis de chirurgie esthétique associé vous sera remis en consultation.

Avant l’intervention (préopératoire)

Comme toute acte de chirurgie, 2 consultations préopératoires, une consultation avec l’anesthésiste.

Un bilan imagerie normal (échographie et mammographies récentes classées ACR1 ou 2), arrêt du tabac et de la pilule parfois 1 mois avant, arrêt de l’aspirine et des anti-inflammatoires 7-10 jours avant

Signature du devis, du consentement éclairé et de la fiche d’information SOFCPRE.

Remise des ordonnances pour l’achat du soutien gorge de contention médical, des bas de contention, du bilan sanguin.

L’intervention chirurgicale

L’intervention se réalise sous anesthésie générale, en position démi-assise pour mieux apprécier la forme finale du sein.

Hospitalisation de 24h minimum (2 à 3 nuits si prise en charge), possible drainage postopératoire mis en place en fonction de la technique chirurgicale et des conditions locales.

Envoie pour analyse histologique obligatoire de la glande mammaire réséquée, Durée opératoire de 2.30h-3h.

Après l’intervention

Suites postopératoires

Un soutien gorge de contention médical sera porté jour et nuit pendant un mois.

Des bas de contention pourront vous être recommandé pour une durée de 10 jours postopératoire.

Soins de cicatrices- pansements imperméables pour prendre la douche avec pendant une petite semaine.

Retrait des fils- la plupart sont résorbables, sinon ablation à 10-15 jours postopératoires

Les bleus- peuvent persister en principe 15 à 20 jours, massage avec des crèmes cicatrisantes et à base d’ARNICA

Le gonflement de la poitrine (l’œdème)- normal pendant les premiers jours, au maximum à 4-5 jours postopératoire, diminue progressivement dans les 2-3 mois suivants. Ne pas acheter des soutiens gorges trop onéreux en post-opératoire, le volume définitif du sein sera visible seulement à 3-4 mois postopératoire.

Cicatrices- évolution progressive sur des mois vers le blanchissement, l’effacement partiel, sans jamais disparaître, complétement, parfois avec une évolution imprévisible à long terme

Désocialisation de 7-10 jours en moyenne

Reprise progressive du sport (gymnastique, piscine) à 4-8 semaines postopératoire

Reprise progressive du travail à 10-15 jours, en fonction du contexte (arrêt travail possible seulement pour les intervention prises en charge).

Un arrêt de l’activité sera recommandé en fonction de chaque patiente et de la technique utilisée. Il faudrait prévoir large, car chaque patient peut cicatriser de façon différente (attention aux suites qui « trainent en longueur »).

Le délai pour le résultat final peut atteindre 12 mois.

Evolution à long terme

L’évolution à long terme des seins sera vers une récidive partielle de la ptose, avec le vieillissement cutané et glandulaire, toujours de moindre importance qu’avant la réduction mammaire.

Attention à la prise de poids excessive après l’intervention ou à la grossesse non prévue qui va distendre la peau, augmenter le volume et abîmer partiellement le résultat esthétique obtenu au départ.

Une petite descente de position des aréoles, par rapport à l’aspect toute de suite en post-opératoire, est normal et physiologique.

La souplesse des seins est retrouvée à 2-3 mois postopératoire, après la résorption de l’œdème chirurgical.

Le massage des cicatrices commence tôt, après la cicatrisation complète et peut continuer pendant les mois suivants, surtout si anomalies de cicatrisation (cicatrice rouges épaisses, qui démangent, hypertrophiques ou chéloïdes). Des traitements adaptés (pansements siliconés en gel ou spray, patchs de silicone adhésifs, injection de corticoïdes) vous seront proposés par votre chirurgien.

Possibles complications

Des troubles de la sensibilité des aréoles, des cicatrices sont normaux et provisoires.

Des complications liées à l’acte chirurgical classique : hématome, infection,

Plus spécifiques : nécrose partielle de la graisse avec nodules sous-cutanés (si seins trop graisseux), troubles de la cicatrisation, souffrance cutané ou aréolaire avec nécrose partielle ou plus (si réduction importante de volume glandulaire, avec ascension importante des aréoles, variations anatomique de vascularisations, etc.).

Des soins et une prise en charge adapté vous seront proposés, avec une surveillance bien définie.

Les asymétries de forme et volume, parfois préexistantes avant et après, malgré la correction, suite à une cicatrisation différente entre les 2 seins une modification de posture. Une reprise chirurgicale doit attendre entre 6 à 12 mois pour une correction efficace.

 

DOCTEUR
ADINA PETREA

CHIRURGIE PLASTIQUE & ESTHÉTIQUE À MELUN ET PARIS

Après le plaisir de l’apprentissage long et rigoureux, est venue la joie de la pratique et de l’expérience intense, la sérénité dans l’échange et le partage avec mes patients.

Contact Tarifs