Injections d'acide hyaluronique

Une bonne indication pour combler les rides d’expressions qui alourdissent le visage, pour corriger les défauts de volume des différentes zones du visage sans faire appel à une chirurgie, est l’injection d’acide hyaluronique, qui est un produit naturellement présent dans le corps humain, entièrement résorbable et facilement dosable.
La peau retrouve sa souplesse, son éclat, son naturelle en hydratation, sans alourdir le visage et tout en gardant ses expressions propres.

fiche pratique : Injections d’acide hyaluronique

GÉNÉRALITÉS Techniques chirurgicales Déroulement Résultats

L’acide hyaluronique est une molécule qui est naturellement présente dans la peau, qui contribue à retenir l’eau dans les couches profondes de la peau, actionnant comme une éponge, pour donner tout l’éclat, la souplesse, la fermeté et le naturel de la peau.

A ce jour, l’acide hyaluronique est un produit de référence qui lutte contre le vieillissement précoce de la peau, utilisé dans le comblement des rides et ridules et le remplissage des volumes manquants. Il existe à ce jour un grand nombre d’acides hyaluronique disponible sur le marché, seulement ceux bénéficiant du Marquage CE étant utilisés (Vistabel, Bocouture, Azzalure).

C’est un produit connu en médecine depuis au moins 25 ans, avec :

  • une durée après injection assez longue (parfois plus d’un an) ce qui permet un accompagnement fiable lors du vieillissement progressif
  • biocompatible (sauf terrain particuliers)
  • entièrement biodégradable (pas de risque de rejet)
  • facile à utiliser car pas de préparation
  • des résultats immédiat et facilement corrigeable et reproductibles
  • plusieurs choix de produit en fonctions de zones anatomique et des types de tissus
  • des effets secondaires minimes et exceptionnelles.

Type d’acide hyaluronique :

  • Acide hyaluronique « fortement » concentré et réticulé : pour les plis naso-geniens profonds, le remodelage de certains volumes du visage (tempes, pommettes, les joues).
  • Acide hyaluronique « moyement » concentré : pour les sillons naso-géniens, plis d’amertume, ourlet de lèvres, rides jugales, vallée des larmes, cicatrices…
  • Acide hyaluronique « faiblement » concentré et réticulé : pour les ridules, rides fines du pourtour des lèvres, rides de la patte d’oie (pourtour des yeux)

Il y a vraiment un geste de « sculpture » du visage, car c’est un travail en 3D qui permet de retrouver une harmonie d’ensemble, avec des modifications naturelles et discrètes.

Indications d’injection d’acide hyaluronqiue

  • Adoucir les traits et féminiser plus un visage
  • Eclairer le visage en mettant en évidence de zones qui attirent plus la lumière (des pommettes plus saillants, un front plus large et « bombé », un menton mieux projeté, un « ourlet » des lèvres plus attirant)
  • Estomper certains défauts, irrégularités, asymétries, dysharmonies (des irrégularités du nez-rhinoplastie médicale, des cernes creux, un front trop saillant, certaines cicatrices)
  • Combler les ridules et les rides débutantes, qui donnent un air fatigué, triste, parfois en association avec la toxine botulique qui réduit l’action du muscle qui provoque les rides. L’effet de bonne mine et le coup d’éclat sont immédiat
  • Restaurer les volumes perdus avec l’âge ou suite à un amaigrissement, à une maladie
  • Hydrater et revitaliser la peau en mésothérapie

Les injections de ce produit de comblement peuvent se faire isolément, mais le plus souvent complètent d’autres gestes de médecine esthétique (injection de toxine botulique, laser, peeling, dermabrasions) ou de chirurgie du visage (chirurgie des paupières, lifting, lipoaspiration, lipostructure).

A noter que rides apparaissent suites aux mouvements répètes des muscles, la peau étant très fine au niveau du visage, elle se plisse, les rides se creusent et avec le temps elle devient une vraie « cassure » dans le derme profond, avec une peau fripée, flétrie, sans souplesse, asséché.

La toxine bloque de façon temporaire la contraction des muscles, avec une diminution du nombre des rides et une stabilisation des rides préexistantes au repos.

L’acide hyaluronique comble ces ridules et rides, en actionnant sur l’hydratation, la souplesse et le volume des tissus, avant que l’excès de peau soit trop évident. Le résultat est presque immédiat mais temporaire, le traitement devra être renouvelé pour entretenir le résultat.

Ainsi, on peut toujours différer le moment de la chirurgie, ou avoir déjà un aperçu du possible résultat, en utilisant ces deux produits (à un moment donné, le volume à remplacer est trop important, il vaut mieux proposer une injection de graisse, on aura beau à utiliser la toxine pour remonter la queue du sourcil, l’excès de peau de la paupière supérieure ne vas pas autant disparaitre, etc.).

Si trop d’excès de peau, l’indication chirurgicale trouve sa place, le résultat étant entretenu toujours à long terme par des gestes de médecine esthétique.

Zones anatomique traitées par l’acide hyaluronqiue

Injections dans le front

Les rides horizontales du front- « rides d’expression », la ride du lion (entre les sourcils) sont traitées souvent par l’acide hyaluronique et la toxine botulique.

La toxine va bloquer de façon temporaire le muscle du front (frontalis) avec une nette diminution de nombre et de la profondeur des rides au repos.

Le comblement des rides se réalise ensuite par des injectons d’acide hyaluronique, qui va apporter du volume et améliorer l’hydratation de la peau.

Des gestes des finesses peuvent être faites au niveau du front, type injection sur la partie centrale d’un front légèrement bombé pour attirer la lumière et mettre en évidence le 1/3 supérieur du visage, une injection sur les parties latérales du front pour lui donner plus de largeur, une injection pour corriger les bosses sourcilières ou frontale trop saillantes). 

Injections dans la région temporale

Avec le temps les tempes se « creusent », par l’atrophie de la graisse et des muscles, avec une zone d ombre qui rend le visage plus squelettisé, fatigué.

C’est une zone délicate, avec des branches nerveuses qui entretient la mimique du visage, des vaisseaux très fins, une peau très fine. Toute irrégularité sera visible après une injection trop superficielle ou mal-placée, d’où l’intérêt de faire appel à un chirurgien habitué à l’anatomie du visage.

Après l’injection, le visage retrouve son ovale, les tempes sont naturellement galbées, un aspect de visage plus naturel en largeur est redessiné.

Etant une zone richement vascularisée, des petits « bleus » au point d’injection peuvent apparaitre avec un gonflement léger, mais l’évolution est naturelle vers la résorption.

Injections dans les pattes d’oie

La zone ridée « en éventail » ou la « patte d’oie » autour de la région orbitaire, (les yeux) est souvent traitée dans un premier temps par la toxine botulinique, suivie des injection d’acide hyaluronique très peu concentré et réticulé. Ces rides sont charmantes jusqu’au moment où elles s’ancrent dans la peau, avec un aspect permanent des « yeux plissés ».

La toxine paralyse de façon temporaire les rides, tout en diminuant les nombres et la profondeur des rides au repos.

L’acide hyqaluronique faiblement réticulé et concentré, va combler les rides et améliorer l’hydratation de la peau et lisser les rides.

Injections dans les sourcils

Une demande particuliers surtout chez les hommes pour masculiniser plus le visage, mais aussi chez les femmes qui présente des sourcils trop squelettisés, sans tenues sur le rebord osseux.

L’alternative c’est l’injection de graisse pendant le geste de blépharoplastie, pour un résultat plus stable dans le temps.

Injections dans les cernes

La perte de volume par fonte de la graisse et le relâchement des tissus sous la paupière inférieure, peut accentuer un cerne creux qui était déjà présent (parfois depuis toujours) ou qui s’est installé progressivement avec le temps.

Les paupières inférieures ont un aspect plus tirées, l’œil est un peu assombri par une zone d’ombre juste au-dessous, on a l’air fatigué, triste, sans l’être.

La coloration du cerne peut évoluer dans le temps, souvent vers une pigmentation plus foncée. L’application des cosmétiques anticernes (dermato-cosmétique) est une option pour les camoufler, mais ça ne corrige pas le volume et l’air triste, fatigué.

La peau étant très fine, un problème de drainage peut survenir au niveau du réseau des veinules et lymphatiques, avec une congestion évidente, parfois sans cause connue.

Des facteurs extérieurs aidant (le tabac, le manque de sommeil, la consommation d’alcool ou le strass), une hygiène de vie correcte sera toujours bienvenue.

L’injection d’acide hyaluronique très faiblement concentré et réticulé, va apporter du volume, si injectée dans le bon plan- juste au ras de l’os, en micro-dépôts, de façon homogène, avec des microaiguilles ou des micro canules. La palpation et le massage permettent de distribuer le produit en profondeur.

Le volume apporté par l’injection va effacer le cerne creux, donnant du support à la paupière inférieure par son volume et améliorant l’aspect de la peau (plus hydraté, plus ferme, plus souple).

Le résultat est optimal après une semaine, il perdure entre 12 et 24 mois.

Les injections devraient être renouvelées pour un résultat pérenne.

Injections dans les pommettes

 Les femmes recherchent toujours garder ce signe de jeunesse représenté par les pommettes rondes et hautes, qui leur permettent de jouer sur le maquillage et l’attrait de la lumière.

L’injection d’acide hyaluronique concentré, dans un plan profond, va « ré pulper » des pommettes un peu vides, un apportant le volume naturel qui manquent, permettant un meilleur soutien pour les paupières inférieures et en améliorant l’hydratation de la peau.

Les volumes doivent être bien maitrisés, pour éviter la marque de visage injecté de type « bouffi ». Le résultat est immédiat et perdure de 9 à 18 mois, les injections devraient être renouvelées pour garder les bienfaits.

Si des volumes trop importants seront nécessaires à long terme, une alternative sera l’injection de graisse (lipostructure des pommettes), avec un entretien par l’acide hyaluronique.

Les hommes recherches souvent des pommettes un peu carrées, plus remplies dans la partie inférieure. La technique d’injection sera adaptée en fonction du souhait des patients.

Le traitement des pommettes peut mettre en évidence les cernes creux non traités, d’où l’indication d’un traitement global du visage, même si la demande initiale était un traitement ciblé des pommettes, la patiente ayant était informé au préalable de cet aspect.

Injections dans les joues

L’atrophie de la graisse profonde dans l’épaisseur de la joue (connue sous le non de la ‘boule du Bichat) est inévitable avec le vieillissement.

La joue se creuse dans son milieu, les modifications du squelette sous-jacent (résorption osseuse) n’arrivent plus à maintenir le volume restant en place, le visage se creuse plus, les « bas-joues » apparaissent dans la partie inférieure des joue, l’ovale du visage s’allonge plis donnant un aspect précoce de visage vieilli, fatigué.

L’injection d’acide hyaluronique permets de redessiner les volumes, récupérer la rondeur des joues, donner du support en profondeur, hydrater la peau et retendre les tissus.

Le volume des joues retrouvé, la peau se retende, réduisant les rides, atténuant aussi un peu le bas du visage par un effet de « tension ».

Les résultats sont immédiats, mais provisoires, les injections devraient être répétées pour pérenniser le résultat.

L’alternative sera l’injection de la graisse, surtout si geste de lifting du visage associé, la patiente ayant déjà vécu de façon positive le comblement, sera prête pour un résultat plus stable dans le temps.

Injections dans les lèvres

L’acide hyaluronique va redonner du volume à une lèvre amincie par le vieillissement et qui était bien pulpeuse avant, mais ne vas pas améliorer une lèvre fine, « tirée » depuis toujours, par contre, suite au manque de souplesse des tissus l’effet de « bouche de canard » qui va avec, sera très mal vécu par les patientes.

D’autres technique de chirurgie permettent de « tricher » pour apporter du volume (de la muqueuse rouge » au lèvres qui en manque, l’acide hyaluronique étant une mauvaise affaire pour ces bouches.

La jeunesse des lèvres est récréée souvent par le maquillage, mais le soir venu, celui-ci disparaît…Les lèvres manquent du volume, sont sèches, ridées. Une consultation avec votre chirurgien esthétique vous permettra de corriger par une injection la plus grande partie de ces inconvénients.

L’injection d’acide hyaluronique sera faite pour :

-améliorer l’ourlet des lèvres- le contour de la lèvre rouge

-parfois pour remonter le coin de la bouche (le sourire type « Joconde »),

-les hydrater par l’effet de rétention d’eau de l’acide hyaluronique (effet « gloss »)

-mieux dessiner « l’arc de Cupidon », la partie centrale de la lèvre rouge supérieure, signe d’attirance et jeunesse

– donner du support aux deux piliers (replis cutanés) de la lèvre supérieure, si aspect aplati.

Des photographies d’avant peuvent être analyser par votre chirurgien pour mieux comprendre votre demande d’embellissement des lèvres.

Toute antécédent d’injection faite en avant devrait être communiqué à votre chirurgien, surtout en cas d’injection des produits non résorbables, car des effets secondaires parfois non connus peuvent apparaitre par la suite.

Injections dans le sillons naso-géniens et les plis d’amertumes

Les plis naturels situés entre la partie extérieure du nez et se prolongeant vers la commissure de lèvres, les sillons naso-geniens, se creusent aussi avec le temps, donnant au visage un air sévère, fatigué.

Ces plis se prolongent avec les « plis d ‘amertume », entre le coin de la bouche et le menton, d’ou l’air parfois « amer ».

En effet, les mouvements de migration des tissus graisseux avec l’âge vers le bas, suite à une modification progressive aussi du squelette du visage qui n’est plus un support efficace, font que les bas-joues appariassent et les sillons se creusent.

On va utiliser des injections d’acide hyaluronique de haute/moyenne concentration pour remplir en profondeur ces sillons disgracieux. A la long, un lifting du bas du visage pour corriger l’excès de peau sera peut-être indiqué, pour éviter un aspect trop « bouffi » suite à des injections qui remplissent trop en visage qui a trop de peau, sans support squelettique satisfaisant.

Injections dans le menton

L’aspect de menton fuyant, l’apparition d’un pli plus prononcé en latéral (« plis d’amertume ») , le manque du volume suite à un amaigrissement global du visage, le souhait d’un menton plus « carrée pour les hommes, sont d’autant des raisons de faire appel à l’injection d’acide hyaluronique, si d’autres technique ne sont pas retenues.

Un acide hyaluronique plus épais sera utilisé, pour combler le volume et améliorer la projection du menton.

Le bas du visage peut aussi être améliorer pour masculiniser un peu plus les trais, ou pour élargir un visage trop étroit.

Le lipofilling du menton, l’implant du menton sont les options chirurgicales, mais si un résultat satisfaisant est obtenu avec les injections, les patients préfèrent attendre, le temps d’être prêts pour passer à l’acte de chirurgie (geste associé souvent à la rhinoplastie).

Déroulement des séances

La consultation avec votre chirurgien esthétique va vous permettre d’établir un plan de traitement, les nombres approximatifs des séances nécessaires pour un résultat optimal et établir le coût, en fonction de la quantité de produit utilisé par séance.

Votre demande, qui peut être assez spécifique juste pour une zone du visage devra être analyser dans le contexte de votre visage entier, et les possible corrections vous seront proposer et expliqués avant le début du traitement d’embellissement.

Exemple, vous souhaitez améliorer la projection des pommettes, mais les cernes creux ne font pas partie de votre demande, malgré une présence évidente, donc le chirurgien vous expliquera que le traitement du 1/3 moyen du visage se fait souvent en ensemble, sinon vous risque d’être déçue dès la première séances. Vous devez être informée des limites d’un traitement incomplet, pour éviter toute déception. Un examen clinique attentif, fait en position assise est confronté à la demande et aux attentes du (de la) patient(e) afin de préciser ce qui est réalisable et ce qui est illusoire.

Un questionnaire médical vous sera fourni et vous devrez informer votre chirurgien de tout traitement en cours, allergie connue, des autres injections faites ailleurs et des produits utilisés (pour éviter toute réaction imprévisible et non contrôlable en cas d’injection dans le même endroit avec un produit non résorbable).

Les médicaments qui font saigner (aspirine, anti-inflammatoire, anti coagulants, vitamines ACE…) favorisent considérablement le risque de bleus, leur importance, et leur persistance, avec un risque augmenter de diffusion du produit.

Il est préférable de ne pas boire d’alcool, ni s’exposer fortement au soleil la veille et le jour de la séance.

Si vous avez un antécédent d’herpes labial, un traitement préventif par Aciclovir vous sera proposer à la première consultation. Si poussé de herpes labial lors de la consultation pour injection, vous devez reprendre RDV pour une autre date.

La grossesse (même au début) et l’allaitement sont aussi des contre-indications à l’injection.

Les contre-indications les plus importantes sont les maladies auto-immunes comme les maladies digestives : maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, les maladies de la peau : les dermatoses bulleuses auto-imune, les maladies du system nerveux : la sclérose en plaque, la polyarthrite rhumatoïde, etc.

Les injections peuvent être pratiquées sans anesthésie d’autant que, actuellement, de nombreux produits sont fournis associés à un anesthésique local dans la seringue.

Toutefois, pour certains produits un peu plus douloureux, chez certain(e)s patient(e)s plus sensibles, ou dans certaines zones difficiles (lèvres et pourtour buccal), on peut prévoir une des deux méthodes existantes.

Crème Emla* : appliquée en couche épaisse sur les zones à traiter au moins une heure avant l’injection, elle permet de diminuer les sensations douloureuses en superficie.

Anesthésie locale vraie : obtenue par injection d’un produit anesthésiant au début de la séance, elle seule permet d’assurer une insensibilité́ totale.

Après désinfection de la zone à traiter, des micro-aiguilles et des micro canules seront utilisé, avec des techniques particulières pour chaque région.

Le geste est souple, précis, le comblement est réalisé en plusieurs couches pour un volume homogène et naturel. Un massage doux après l’injection permet d’éviter la palpation par la patientes des « micronodules » sous la peau, tout en sachant que la peau des paupières étant très fine, des petites irrégularités peuvent être palpées, mais elles seront non visibles.

La durée d’une séance est de 10 minutes à 1h, en fonction du nombre des zones traitées.

Le résultat est visible et immédiat, avec un effet optimal vers 5-8 jours, une stabilité pendant 10-18 mois.

La patiente retrouve un aspect plus rajeuni, plus détendu, une « mine reposée », même si les effets sont assez discrets, ils contribuent en ensemble à l’embellissement du vissage.

La visite de control est programmé dans les 2-3 semaines post injection pour évaluer la réponse des tissus à l’acide hyaluronique et faire des petites retouches si nécessaires.

Après l’injection

Des consignes spécifiques vous seront remis après la séances, il n’y a pas de soins à faire, vous pouvez reprendre votre activité le plus souvent (en fonction du type d’activité, bien sur).

Si vous savez que vous « marquez » facilement, prévoyez un traitement à base de l’Arnica 3-4 jours avant et après l’injection, ne rien prévoir de trop « social » après l’injection.

Le maquillage est possible immédiatement après les injections.

Les six premières heures il vaut mieux rester au calme, se reposer et s’abstenir de tout effort violent. Il est aussi souhaitable d’éviter autant que possible de mobiliser son visage (pas de mimique, ne pas trop parler ni rire).

Pendant quelques jours il sera préférable d’éviter l’alcool, l’Aspirine, les anti-inflammatoires et d’éviter l’exposition des zones traitées à des chaleurs fortes (soleil, UV, sauna, hammam).

Les suites immédiates peuvent éventuellement être marquées par l’apparition d’un œdème (gonflement), d’une asymétrie et d’une rougeur cutanée dont l’importance et la durée sont très variables selon les produits et d’un individu à l’autre, mais qui restent habituellement modérés (n’interdisant pas le retour à une vie socio-professionnelle normale très rapidement) et disparaissent au bout d’un à trois jours. Sur les lèvres toutefois, l’œdème, souvent plus marqué peut parfois durer une bonne semaine.

Plus rarement, on peut observer durant les premiers jours, au niveau des points d’injections, une certaine sensibilité́ de la peau, des démangeaisons, une pâleur cutanée, une hyperpigmentation, ou de petites ecchymoses ponctuelles (bleus).

Si la résorption du gonflement n’est pas homogène, des irrégularités temporaires peuvent apparaître dans les premiers jours.

Un léger aspect d’hypercorrection peut être apparent aussi, suite à une rétention d’eau, car le produit est hydrophile.

Possibles complications

Poussée d’herpes labial- si antécédent d’herpes, traitement préventif avec Acyclovir

Modification de la pigmentation de la peau- assez localisé, cette modification de couleurs interessent souvent les cernes, avce attenuation progressive

Réaction inflammatoire- surtout si injection dans une zone avec d’autres injections des produits non connus, surtout des produits non-résorbables

Infection- complication exceptionnelle, évolution favorable sous antibiotique

Granulome ou micronodules inflammatoires- complication la plus « classique », parfois visibles et inesthétiques, spontanément régressif en quelques semaine, rares indication d’injection du contre produit type hyaluronidase.

Nécrose cutané- en cas de douleur vive, avec blanchiment de la peau dans la zone injectée, n’hésitez pas à contacter son médecin qui agira le mieux. Entre temps, des compresses chaudes, de l’aspirine pourrait aider dans la diffusion du produit qui comprime le raiseau vasculaire.

DOCTEUR
ADINA PETREA

CHIRURGIE PLASTIQUE & ESTHÉTIQUE À MELUN ET PARIS

Après le plaisir de l’apprentissage long et rigoureux, est venue la joie de la pratique et de l’expérience intense, la sérénité dans l’échange et le partage avec mes patients.

Contact Tarifs