Injection de botox

Le seul produit disponible à ce jour utilisé à titre préventif contre le vieillissement de la peau, la toxine botulinique a beaucoup d’indications pratiques pour diminuer les rides au repos, lisser les contours, améliorer la qualité de la peau et redonner un coup d’éclat au visage.
Il faut bien choisir le moment du début du traitement, pas trop tard- quand les rides creusées sont déjà là, pour contrecarrer de la manière la plus efficace les premiers signes du vieillissement du visage et retarder le plus les gestes chirurgicaux considéré parfois comme assez compliqués ou lourds.

fiche pratique : Injection de botox

GÉNÉRALITÉS Techniques chirurgicales Déroulement Résultats

L’injection de toxine botulique permet d’obtenir plus rapidement un aspect discret de rajeunissement du visage, avec une bonne mine, visage rafraichie, naturel, reposé, tout en évitant l’aspect figé du visage, tant douté par les patients.

Le but est de garder l’expressivité naturelle de la mimique des patients après les injections répétées, avec un plan de traitement « sur-mesure ».

C’est un des gestes de médecine esthétique le plus demandé, car c’est une technique efficace, rapide, durable sur plusieurs mois, facilement renouvelable, avec un produit résorbable par le corps dans les 6-8 mois, non invasif.

La toxine botulique est connue depuis plus de 30 ans, suite à des utilisations dans les affections neuromusculaires et largement utilisée depuis les années 2003 en médecine esthétique.

Ainsi, la correction des rides horizontales du front, la ride du lion (entre les sourcils) et des rides de la patte d’oie (autour du coin de l’œil) sont les indications classiques. Se rajoute l’injection autour des lèvres, du nez (en cas de pointe tombante), en cas de transpiration excessive, etc.

A ce jour, c’est un technique de référence pour l’embellissement du visage, avec un résultat rapide, prévisible, contrôlable et reproductible.

Mode d’action de la toxine botulique

La toxine botulique bloque l’libération d’une enzyme au niveau de la plaque motrice situé entre les fibres musculaire set les fibres nerveuses, avec une inhibition temporaire de la contraction musculaire.

Les rides et les ridules sont provoqués par la contraction des fibres musculaires sous-jacentes, la peau du visage étant très fine, la couche musculaire transmets ses contractions répètes à la peau et provoque l’apparition des plis dans l’épaisseur de la peau- ridules au départ, rides plus ou moins profondes plus tard.

La toxine botulique va réduire l’action des muscles du front et des sourcils et les muscles péri-orbitaux et atténuer les rides provoquées par la contraction de ces muscles.

Les rides du front, de la patte d’oie et entre les sourcils se retrouvent atténuées et surtout pas « comblées »,

Cette diminution de la tension musculaire permet de lisser les reliefs cutanés et donc d’obtenir un effet de rajeunissement, avec un effet protecteur contre le vieillissement quand le traitement est entretenu sur le long terme.

La toxine botulique agit aussi au niveau de l’épiderme en augmentant l’hydratation cutanée par son action anticholinergique, avec un léger effet localisé de « coup d’éclat «  de la peau.

L’objectif de la toxine botulique est de diminuer et de prévenir l’apparition des rides au repos. Ainsi, on va apprécier l’efficacité du traitement par l’aspect des rides et ridules au repos, dans les mois suivants.

Une fois l’effet installé, les muscles responsables des rides dynamiques se détend et les traits s’en trouvent rafraîchis.

La mise en route du traitement peut nécessiter plusieurs séances d’injections afin de définir au mieux la dose adaptée à chaque patient, et connaître la réaction propre au produit (temps de résorption, installation de l’efficacité maximale).

Il vaut mieux une première séance modérément efficace que trop efficace, avec un aspect figé du visage pour plusieurs mois, car on pourra toujours rajouter du produit si l’effet est jugé insuffisant.

Le but est d’avoir un front lisse, une légère ascension de la queue du sourcil avec une meilleure ouverture du regard et moins de rides et ridules de repos au coin de l’œil, tout en gardant un aspect naturel des expressions du visage.

Déroulement de la séance

 La balance musculaire entre les muscles abaisseurs et releveurs du tiers supérieur du visage sera analysé par votre chirurgien, les éventuelles dissymétries présentes repérées et proposées pour une correction, les zones à traiter définies et le plan de traitement fait.

Chaque individu étant unique, un plan « sur-mesure » lui sera proposé est adapté à chaque séance, afin d’avoir un résultat optimal, tout en gardant l’expression naturel du visage, du regard, de la mimique. Les doses seront adaptées progressivement, surtout en cas de première injection.

Vos attentes, vos demandes seront exposées au chirurgien esthétique qui va établir de commun accord avec vous les zone à traiter. Parfois, on vous proposera d’autres zones en plus à traiter, suite au bilan global de la mimique du visage, pour restaurer l’harmonie.

L’injection de toxine botulinique pour traiter les rides se réalise au cabinet, la durée est variable en fonction des gestes associés (injection d’acide hyaluronique) de 20 à 30 minutes.

Conseils d’arrêt de l’aspirine et les antiinflammatoires au moins 10-15 jours avant pour éviter le risque de saignements après les injections.

Le vissage sera démaquillé avant l’injection, une crème anesthésiante de surface type crème Emla pourrait être recommandé en cas de sensibilité cutané, en application locale, couche épaisse, à 1-2 h avant l’injection.

Pour agir sur une ride d’expression, on va demander au patient de grimacer afin de déterminer l’emplacement exact du muscle responsable de la ride. Des repères sur la peau avec un crayon seront faites.

Plusieurs points d’injection seront prévus pour le front, la région inter sourcilière et la pattes d’oie. Des microaiguilles, très fines seront utilisées, les injections étant peu douloureuses.

Des compresses froides ou un masque froid sera placé sur les zones traités, vous devez garder une position surélevée de la tête.

Fréquences des injections

En cas de première injection, un RDV de control vous sera proposer dans 15 jours-1 mois pour évaluer ensemble l’efficacité du résultat, faire une correction secondaire si résultat considéré comme insuffisant.

Par la suite, les injections doivent être pratiquées plusieurs fois avec des intervalles de 6 mois afin d’obtenir une certaine stabilité du résultat. A partir de la deuxième injection, les résultats peuvent être plus durables (6 à 8 mois).

Il est recommandé de ne jamais rapprocher à moins de 3 mois les séances d’injections pour éviter notamment de créer une résistance au produit par un effet « vaccin ».

Si les injections ne sont pas renouvelées, les muscles retrouvent leur fonction d’avant, avec une récidive des rides cutané.

La dose de produit d’injection sera adaptée progressivement aux besoins spécifiques de chaque patient et à sa capacité propre de métaboliser le produit à long terme, pour éviter un aspect « figé » du visage.

Après l’injection

La toxine botulique commence immédiatement à agir mais les effets cliniques apparaissent après 4 ou 5 jours, et vont progressivement atteindre le résultat sur les 15 jours, avec un résultat final en 3-4 semaines environ.

Les effets sont alors optimaux : les muscles traités sont relâchés et les rides s’atténuent. Le patient semble reposé, plus jeune, avec une bonne mine.

Pendant les deux heures qui suivent les injections, il est souhaitable de ne pas faire de sport intensif et de ne pas vous allonger sur le coté. Il faut également éviter toutes les manipulations du visage (ou massages appuyés) pendant 24 heures après la séance.

Dans les 3 jours suivant l’injection, il est recommandé 3 fois par jour de fortement contracter les muscles injectés, pendant 5 secondes, pour favoriser la fixation du produit dans les zones traitées

Il est nécessaire de minimiser les risques de bleus ou de saignements des régions traitées pendant les jours qui suivent les injections (pour limiter le risque de fuite du produit vers les muscles périphériques et donc des effets non désirés) – éviter les traumatismes directs, le sport de contact, les efforts, contrôler une hypertension.

Lorsqu’on injecte le contour de l’œil, une sécheresse oculaire peut survenir. Si celle-ci est importante et non traitée, elle est susceptible d’entraîner une kératite, il convient donc de veiller à mettre des larmes artificielles dans l’œil, surtout chez les porteurs de lentilles de contact.

Habituellement les suites sont simples.

Un maquillage léger, sans trop appuyer et manipuler les muscles du visage sera possible le même jour.

Quelques marques un peu gonflées subsistent 20 à 30 minutes puis disparaissent.

Une crème à base d’Arnica vous sera recommandée, ainsi que des compresses froides.

Les patients peuvent reprendre leurs activités normalement après les injections.

Effet indésirables

  • rougeurs et d’ecchymoses pendant 3 à 6 jours, rarement plus long temps
  • œdèmes autour des yeux (au maximum quelques semaines),
  • troubles de la sensibilité : une sensation de tension ou de fixité, de cartonnement du front
  • asymétrie temporaire en fonction de la vitesse de l’installation du produit
  • douleurs fugaces oculaires ou faciales : exceptionnelles
  • fatigue passagère

Possibles complications

Complications locales :
  • Maux de têtes : ils disparaissent au bout de quelques jours, attention si antécédent de migraine
  • Descente/ chute des sourcils : surtout si les sourcils étaient en position basse avant l’injection, ou si on a tratéiiité dans le même les rides frontales horizontales basses. L’aspect régresse habituellement en quelques semaines.
  • Descente /chute des paupières, en cas d’injection des rides du lion : cette complication est rare (mois de 1%) et disparaît toujours au-delà de quelques semaines.
  • Sécheresse oculaire : surtout chez les porteurs de lentilles, il convient de bien hydrater la cornée.
  • Difficulté d’élocution (si traitement des ridules verticales du coin de la bouche) ou de déglutition (si traitement du ent de scordes du cou)
Complications générales :
  • Réactions allergiques,
  • Nausées, vertiges,
  • Fatigue, fièvre, syndrome grippal
  • Sécheresse cutanée.

Contre-indications

  • Grossesse (même débutante) et allaitement
  • Certaines maladies neuromusculaires comme la myasthénie, syndrome de Lambert Eaton
  • Hypersensibilité connue à la sérum albumine, à la neurotoxine botulinique type A
  • Traitement par aminosides- type Gentaline, Amiklin
  • Des problèmes cutanés infectieux localisé sur le visage

La prise de traitement anticoagulant, de l’Aspirine pourrait favoriser un saignement au site d’injection, avec migration du produit dans d’autres zones anatomique, avec des effets indésirables. Il est important d’arrêter la prise d’Aspirine au moins 15 jours avant, la prise de Paracétamol est acceptée.

La présence d’un épisode infectieux avec prise d’antibiotique (abcès dentaire, grippe, infection) peut décaler le moment de l’injection, jusqu’au rétablissement complet.

Précaution dans les trouble de coagulation, présence des spasmes pathologiques, épisodes de paralysie des muscles de la face, n’hésitez pas à informer votre chirurgie esthétique de toute modification récente de votre état de santé.

DOCTEUR
ADINA PETREA

CHIRURGIE PLASTIQUE & ESTHÉTIQUE À MELUN ET PARIS

Après le plaisir de l’apprentissage long et rigoureux, est venue la joie de la pratique et de l’expérience intense, la sérénité dans l’échange et le partage avec mes patients.

Contact Tarifs