Correction des cicatrices

Les aléas de la cicatrisation, les prédispositions personnelles, la qualité de la peau, les antécédents des expositions répétées au soleil, le tabac, etc., sont d’autant des facteurs qui vont apporter leur touche finale à la beauté de la cicatrice.
Malgré les soins prodigués (les techniques de suture, les massages postopératoires, les soins spécifiques par pansements siliconées) un traitement chirurgical s’impose parfois pour améliorer ces cicatrices disgracieuses, sans trouver des solutions parfaites.

fiche pratique : Correction des cicatrices

GÉNÉRALITÉS Techniques chirurgicales Déroulement

Suite à une intervention chirurgicale ou à une blessure (brulures, traumatisme avec plaie ouverte), après la réparation des tissus profonds et superficiels, une cicatrice reste plus ou moins visible à vie.

Dès que la partie profonde de la peau (le derme) est impliqué dans la blessure, sa réparation va laisser une trace sur la peau (la cicatrice).

Quelle que soit la technique utilisée pour recoudre la peau, elle va se réparer en laissant une cicatrice qui ne peut pas disparaitre totalement.

Elle va s’atténuer, s’effacer progressivement, atténuer sa couleur, améliorer sa souplesse, sans jamais disparaitre.

Très peu des cicatrices disparaissent sans laisser des traces, il s’agit des cicatrices qui intéressent la partie superficielle de la peau (l’épiderme dans le cas des brulures très superficielles), sans aucune intervention chirurgicale dans le derme.

« C’est le chirurgien qui fait la suture, c’est le patient qui fait la cicatrice ».

Il s’agit le plus souvent des cicatrices anormales type hypertrophiques, voir chéloïdes- cicatrices rouges, douloureuses, élargies, gonflées en « relief », épaisses.

Les « brides cicatriciels » sont des cicatrices qui se rétractent à long terme et mal placées, elles peuvent entrainer un défaut de flexion, extension des certains mouvements du corps.

D’autres cicatrices inesthétiques- larges, colorées, adhérentes, enfoncés, irréguliers peuvent être traité par une reprise chirurgicale.

Le but d’une intervention chirurgicale est de corriger une cicatrice vicieuse par une nouvelle cicatrice que l’on espère moins gênante et plus discrète.

La correction d’une cicatrice va toujours laisser une autre cicatrice à la place. 

Il faudrait attendre 1 à 2 ans pour corriger une cicatrice vicieuse, à la fin de son évolution naturelle.

Entre temps, des soins locaux (massage, protection solaire par des crème et vêtements) vous seront conseillé.

Le principe de la reprise des cicatrices c’est d’enlever la cicatrice défectueuse et de refermer avec une technique de suture parfaite, pour espérer obtenir une nouvelle cicatrice plus discrète.

Différentes techniques peuvent être adaptés au cas par cas :

  • L’exérèse de la cicatrice peut être réalisé en plusieurs fois (« itératives ») pour les cicatrices très larges.
  • Parfois une greffe de peau sera utilisée pour combler ce qui manque après exérèse d’une cicatrice rétractile ou après avoir « briser » une bride cicatricielle.
  • Parfois une plastie locale avec déplacement de la peau saine avoisinante permettra de combler le défet de peau.
  • Très rarement une expansion cutanée par expandeur sera faite pour obtenir un surplus de peau qui va remplacer ce qui manque.
  • Dans certains cas, de traitements par des pansements siliconées type gel ou plaque adhésive vous seront recommandés pour assouplir une cicatrice trop boursouflée, ou pour diminuer la rougeur, les démangeaisons, l’aplatir plus vite.
  • Un geste de comblement des tissus en cas des cicatrices adhérentes par injection de la graisse propre (lipofilling) a l’avantage d ‘apporter des facteurs de croissance et souvent d’améliorer la couleur des cicatrices (elles blanchissent plus vite)
  • Parfois l’injection des produits de comblement type acide hyaluronique peut aider à parfaire les contours d’un nez, d’une cicatrice mal placée et adhérente lors des mouvements du visage

Avant l’intervention

Une consultation de chirurgie esthétique vous permettra de comprendre les indications de corrections de vos cicatrices, les limites du geste et l ‘évolution à long terme de ces corrections.

Un dossier médical complet (photographie médicales, fiche d’informations SOFCPRE, devis, consentement éclairé sera fait avant l’opération. Une consultation avec l’anesthésiste est nécessaire en cas d’anesthésie générale ou de sédation.

L’arrêt de tabac est conseillé 1 mois avant l’intervention, ainsi que la prise d’aspirine et des anti-inflammatoires jusqu’à 10 jours avant.

L’intervention

Le type d’anesthésie sera adapté au geste chirurgicale- anesthésie locale, sédation et anesthésie locale ou anesthésie générale.

L’injection d’acide hyaluronique se fait sans anesthésie au cabinet du chirurgien.

Le séjour en ambulatoire (hospitalisation d’un jour) est souvent le cas ou en soins externe (entré avant l’intervention et sortie à la fin de l’intervention, sans passage dans une chambre).

La durée opératoire dépend du geste chirurgical (exérèse suture simple, greffe de peau, plastie locale, lipofilling).

Après l’intervention 

Suites post-opératoires

Des soins pour la cicatrice vous seront prescrit par votre chirurgien pour 12-15 jours, en fonction du type de chirurgie.

Les fils sont souvent résorbables, sinon ils seront enlevés vers 7-15 jours en fonction de leur localisation.

Les efforts et les traumatismes violents sont à éviter en postopératoires car risque de tension sur la cicatrice, avec lâchage des sutures, de désunion partielle, des élargissements à long terme, des infections.

Un œdème (gonflement) des tissus est normal en postopératoire pendant plusieurs jours, il diminue progressivement vers 3-4 jours.

Des bleus (ecchymoses) peuvent apparaître et persister jusqu’à 15 jours aussi. Des crèmes à base de l’Arnica vous seront conseillés.

Des démangeaisons, rougeurs peuvent apparaitre dans la phase inflammatoire et de cicatrisation et des pansements siliconés type gel, plaque ou spray vous seront prescrits.

Un délai de plusieurs mois, parfois de 1 à 2 ans est nécessaire pour apprécier l’aspect définitif d’une cicatrice.

Des massages et une protection par crème écran total seront conseillé pour une durée de plusieurs mois.

Complications possibles

Le traitement des cicatrices hypertrophiques, voir chéloïdes est souvent incomplet et décevant, source d’insatisfaction pour les patients.

Des aléas de cicatrisation impossible à contrôler par les soins et les techniques de chirurgie peuvent apparaître, avec leurs incertitudes et leurs risques.

L’évolution des cicatrices est parfois imprévisible, elle dépend du terrain héréditaire et des facteurs intrinsèques (propre à chaque individu).

Une surveillance des cicatrices est recommandée sur plusieurs mois après l’intervention. Des réactions tissulaires inattendues et propres au patient peuvent favoriser un résultat excessif, insuffisant ou asymétrique.

La qualité de la cicatrice est variable selon l’âge, les parties du corps, les facteurs environnementaux et les caractéristiques intrinsèques de chacun.

DOCTEUR
ADINA PETREA

CHIRURGIE PLASTIQUE & ESTHÉTIQUE À MELUN ET PARIS

Après le plaisir de l’apprentissage long et rigoureux, est venue la joie de la pratique et de l’expérience intense, la sérénité dans l’échange et le partage avec mes patients.

Contact Tarifs