Ptose mammaire

Les seins vides, tombants, affaissés sont souvent un sujet de disconfort personnel mal supporté, car on ne se retrouve plus devant cette image reflétée par les miroirs. Un lifting de la poitrine, avec une amélioration du volume, une mise en tension des tissus permets souvent de rajeunir son corps et apaiser sa féminité retrouvée. On revient dans la séduction et le confort personnel, tout en restant naturel avec soi même.

fiche pratique : Ptose mammaire

GÉNÉRALITÉS Techniques chirurgicales Déroulement

La cure de ptose mammaire, le lifting de la poitrine, la mastopexie cutané avec ou sans implant mammaire, représente la même chose, à savoir la chirurgie de correction d’un sein affaissé, qui a perdu son galbe, sa projection, qui s’est vidé, distendue et qui tombe plus qu’avant…soit dans les suites d’une perte du poids, soit après les grossesses, soit suite à une évolution naturelle dans le temps.

L’enveloppe cutané est trop large par rapport à un volume glandulaire parfois insuffisant, avec une peau fine, amincie, avec des vergetures, sein déroulé, qui chute…

La femme souhaite retrouver sa féminité, remplir de nouveau son soutien gorge, revenir dans la séduction et s’assumer devant soi même, son conjoint et dans ses relations sociales.

Une chirurgie pour remonter la poitrine peut être proposée, avec ou sans pose d’implant mammaire, en utilisant parfois la graisse de la patiente, tout en restant fidèle aux souhaits de la patient, sa morphologie, la qualité de la peau et de la glande mammaire restante.

Ces techniques chirurgicales tiennent d’un défaut esthétique avec une demande de correction qui n’est pas prise en charge par l’Assurance maladie (ni par votre mutuelle), malgré parfois à une perte de poids naturelle ou post-chirurgie bariatrique qui permets une prise en charge pour d’autres parties du corps (abdomen, cuisses, bras).

L’allaitement de plusieurs enfants n’est pas non plus un critère de prise en charge.

Il s’agit uniquement de retrouver un aspect esthétique rajeuni de la poitrine, avec une exérèse de la peau en excès, remodelage de la glande pour un meilleur galbe dans le décollète et un joli arrondie dans le soutien gorge, remonter les aréoles trop basses, réduire leur taille sur un sein plus tonique et

ferme, augmenté ou pas par une prothèse ou par de la propre graisse.

Correction de la ptose mammaire sans implant ou graisse

Si le volume de la glande mammaire est suffisant (examen clinique par votre chirurgien esthétique) et la patiente présente juste un excès de peau, avec aréoles trop basses ou distendues, un geste cutané pur (mastopexie cutané) pour corriger cet excès de peau, pour remonter les aréoles, pour remodeler la glande mammaire et mieux la fixer à la paroi thoracique sera proposer.

Il faut que la patiente comprenne les limites du volume mammaire restant, qui peut apparaitre parfois de moindre quantité qu’avant l’opération, car même si on a enlevé que la peau, le fait de concentrer la glande mammaire donne un faux effet optique de diminution du volume, par concentration de la glande, par diminution de la base et de la largeur du sein sur le thorax.

On tend la peau, on laisse intacte la glande mammaire et on remodelé le sein pour le rajeunir.

Voir la fiche d’intervention « lipofilling du sein »

Correction de la ptose mammaire avec implant mammaire (prothèse)

Si le volume mammaire est apprécié comme insuffisant (seins vidés dans la partie hautes, tombants, sans trop de projection et tonus, aréoles basses, peau distendue, plus ou moins abîmée) et la patiente souhaite retrouver un aspect lifté (remontée) de sa poitrine avec un volume mammaire augmenté, une cure de ptose mammaire avec des implants mammaire (prothèses) lui sera proposer.

C’est une des techniques opératoires les plus délicates, fastidieuses point de vue technique, car on combine toujours 2 interventions dans une seule- cure de ptose pour une poitrine tombante avec ablation de la peau en excès et augmentation mammaire par prothèse pour avoir du volume.

D’ou le double effort du chirurgien pour satisfaire la patiente, toute en restant raisonnable sur le choix du volume de l’implant, car un volume de la prothèse trop importante dans un sein avec une peau et glande abimés, sans souplesse et tonus, va favoriser une mauvaise évolution à long terme, avec des insatisfactions et ré-interventions chirurgicales.

Pour les seins très peu ptosés (tombants) une simple augmentation par une prothèse bien adaptée en forme et volume à la poitrine existante, peut suffire à retrouver l’aspect esthétique rajeuni, remonté et augmenté de seins, d’ou moins des cicatrices sur le sein.

Pendant la consultation, un essayage de prothèses externe glissées dans le soutien gorge vous permettra de vous projeter et d’assumer les futures modifications de l’aspect de la poitrine.

Cure de la ptose mammaire et petite augmentation avec de la graisse (lipofilling)

Pour les seins encore assez toniques, avec une peau souple, élastique, de bonne qualité, si !a correction de l’excès cutané est à minima, sans trop de gestes sur la glande mammaire, une petite augmentation du volume mammaire avec la propre graisse pourrait être retenue..

Votre chirurgien vous examinera les surcharges graisseuses qui pourront être utilisés, l’effet postopératoire étant bénéfique sur la silhouette, le remodelage des seins et leur volume final.

Voir la fiche d’intervention « augmentation du sein par prothèse »

Cicatrices possibles

La qualité de la peau et le tonus de la glande mammaire, la mise en place d’une prothèse pour corriger une petite ptose, un geste plus complexe pour tendre et enlever la peau en excès, la nécessité de remonter les aréoles trop basses ou trop larges, le remodelage glandulaire si volume suffisant, tout conditionne vos futures cicatrices qui seront discuter avec votre chirurgien esthétique lors de 2 consultations préopératoires.

  • Cicatrice autour des aréoles seulement -permets une correction de la ptose légère, avec ou sans implant
  • Cicatrice autour des aréoles et verticale – pour les ptoses modérées, avec geste cutané plus important, remodelage glandulaire, mises en place d’un implant mammaire
  • Cicatrice en « T inversé » (ancre de marine) – correction des ptoses mammaire sévères, distension importante de l’étui cutané, remodelage glandulaire conséquent, implant mammaire

Vous allez choisir en consultation, après concertation avec votre chirurgien esthétique, la technique approprié et les possibles cicatrices. Des aléas d’anatomie peuvent imposer un changement de plan, dont vous serez informée avant l’opération.

Avant l’intervention

Comme toute chirurgie mammaire, un bilan imageries type échographie et mammographie sera réalisé (bilan normal classé ACR1 et ACR2).

Photographies prises en consultation.

Vous allez rencontrer votre chirurgien au moins 2 fois en consultation, vous prendrez avec lui les décisions sur les cicatrices, l’utilisation de l’implant ou de la graisse, de la correction d’une éventuelle asymétrie.

Arrêt du tabac 1 mois avant, de l’aspirine et des anti-inflammatoires 8-10 jours avant l’intervention.

Signature du devis, du consentement éclairé, de la fiche d’information SOFCPRE

Délai de réflexion 15 jours entre la 1ère consultation et la date de l’intervention chirurgicale

L’intervention

Se réalise sous anesthésie générale, position demi-assise pour mieux apprécier la forme et le galbe de la poitrine liftée.

Durée opératoire : 2h-2.30h si implant mammaire

Durée de l’hospitalisation- 24 h (1 nuit), drainage possible en fonction du geste glandulaire pour 24h

Aucune prise en charge, même en cas d’amaigrissement important ou d’allaitement de plusieurs enfants.

Après l’intervention  

Suites postopératoires 

Soutien gorge médical de contention sans armatures à porter jour et nuit pendant 1 mois

Des bas de contention peuvent vous être recommandé dans les suites, pour une durée de 10 jours

Soins des cicatrices- pendant 7-10 jours, pansements imperméables vous permettant de prendre la douche avec

Retrait des fils- la plupart sont résorbables, sinon retrait à 7-10 jours

Bleus- peuvent persister jusqu’à 10-15 jours, avec diminution progressives

Gonflement de la poitrine (œdème chirurgical) – normal dans les suite d’une chirurgie, avec un maximum à 3-5 jours, résorption progressive dans les 2-3 mois suivants

Massage des cicatrices et protection solaire- recommandé après cicatrisation complète. Des crèmes cicatrisantes et contenant de l’ARNICA seront prescrites par votre chirurgien.

Cicatrices- évolution progressive sur des mois vers le blanchissement, l’effacement partiel, sans jamais disparaître complètement, parfois avec une évolution imprévisible à long terme

Désocialisation de 7-10 jours en moyenne

Reprise progressive du sport (gymnastique, piscine) à 4-8 semaines postopératoire

Reprise progressive du travail à 10-15 jours, en fonction du contexte (pas d’arrêt de travail possible car pas de prise en charge par l’Assurance Maladie)

Evolution à long terme

L’évolution à long terme des seins sera vers une récidive partielle de la ptose, avec le vieillissement cutané et glandulaire, toujours de moindre importance qu’avant le lifting mammaire.

Attention à la prise de poids excessive après l’intervention ou à la grossesse non prévue qui va distendre la peau, augmenter le volume et abîmer partiellement le résultat esthétique obtenu au départ.

L’allaitement reste souvent possible, ne peut pas être garanti après l’intervention.

Une petite descente de position des aréoles, par rapport à l’aspect toute de suite en post-opératoire, est normal et physiologique.

La souplesse des seins est retrouvée à 2-3 mois postopératoire, après la résorption de l’œdème chirurgical.

Le massage des cicatrices commence tôt, après la cicatrisation complète et peut continuer pendant les mois suivants, surtout si anomalies de cicatrisation.  Des traitements adaptés (pansements siliconés en gel ou spray, patchs de silicone adhésifs, injection de corticoïdes) vous seront proposés par votre chirurgien.

 Complications possibles

Des troubles de la sensibilité des aréoles, des cicatrices sont normaux et provisoires.

Des complications liées à l’acte chirurgical classique : hématome, infection,

Plus spécifiques :  troubles de la cicatrisation, souffrance cutané ou aréolaire (arrêt du tabac 1 mois préopératoire)

Des soins et une prise en charge adapté vous seront proposés, avec une surveillance bien définie.

Les asymétries de forme et volume, parfois préexistantes avant et après, malgré la correction, suite à une cicatrisation différente entre les 2 seins une modification de posture.

Une reprise chirurgicale doit attendre entre 6 à 12 mois pour une correction efficace.

Surveillance de la prothèse mammaire par échographie à long terme, au moindre doute, IRM mammaire.

 

DOCTEUR
ADINA PETREA

CHIRURGIE PLASTIQUE & ESTHÉTIQUE À MELUN ET PARIS

Après le plaisir de l’apprentissage long et rigoureux, est venue la joie de la pratique et de l’expérience intense, la sérénité dans l’échange et le partage avec mes patients.

Contact Tarifs