Reconstruction du sein par prothèse

Retrouver son image de femme c’est possible, l’implant mammaire peut substituer le volume manquant, mais plusieurs geste seront nécessaires afin d’aboutir à un sein presque naturel. Souvent, des techniques combinées type injection de graisse, ou symetrisation du sein normal restant, par prothèse ou par cure de ptose seront proposées pour obtenir une poitrine harmonieuse avec son corps.

fiche pratique : Reconstruction du sein par prothèse

GÉNÉRALITÉS Techniques chirurgicales Déroulement

Dans le cadre d’une chirurgie pour un cancer du sein, une ablation complète du sein –mastectomie peut être réalisée dans certains cas, quand l’ablation partielle n’est pas indiquée (la tumorectomie ou le traitement conservateur).

Votre chirurgien vous expliquera les options de reconstruction de votre sein, tout en s’adaptant à la prise en charge qui vous est spécifique, après le geste de mastectomie.

La reconstruction mammaire ne modifie en rie la surveillance carcinologique à long terme.

Une reconstruction dans le même temps que l’ablation du sein, reconstruction immédiate, ou parfois quelques mois plus tard-reconstruction secondaire, pourrait correspondre à votre cas, en fonction du type de la lésion, le contexte personnel et familial, vos antécédents, le traitement à long proposé, etc.

La technique de reconstruction par une prothèse est connue comme étant la plus simple, point de vue résultat immédiat, suites simple et pas d’autres cicatrice que celle initiale de mastectomie.

Le plus souvent une prothèse en gel de silicone de forme anatomique sera utilisée, pour reconstruire un sein d’aspect naturel, avec un déroulement agréable du galbe. Cette technique sera le plus adaptée pour les petits seins, bonnet B- voir petit C.

Plusieurs temps de reconstruction doivent être toujours pris en compte (2-3 temps minimum) pour reconstruire un sein, en lui apportant d’abord le volume (prothèse), après en peaufinant lé résultat par une injection de graisse (si besoins d’assouplir des tissus et donner du galbe du sein, remodeler le sillon sous-mammaire) ou en symétrisant l’autre sein (qui est plus tombant, plus petit, plus gros) et en terminant par la reconstruction de l’aréole et du mamelon.

Quand la peau thoracique est trop fine, ou abîmée par la radiothérapie, en quantité insuffisante, une reconstruction par prothèse peut être différée, le temps de travailler la souplesse de la peau par des séances de kinésithérapie, par des injections préalables de la graisse (lipofilling) ou par une expansion cutanée par un expandeur.

L’expandeur est une prothèse provisoire, rempli de sérum physiologique (de l’eau) qui sera placée sous la peau thoracique, gonflé pendant 4-6 semaine et remplacée quelques mois plus tard par une prothèse définitive (en silicone le plus souvent).

C’est une intervention qui bénéficie d’uns prise en charge par l’Assurance Maladie.

Si la reconstruction par prothèse n’a pas de contra indications (radiothérapie récente, peau abimée, en quantité insuffisante, tabac, etc.) le premier temps de la reconstruction sera fait un utilisant une prothèse pour vous apporter du volume.

La cicatrice de mastectomie déjà présente sur le thorax sera utilisé, sans autre cicatrice en plis. La prothèse anatomique en gel de silicone (forme de « goutte », « poire ») sera placée derrière le muscle grand pectoral, la peau de la partie supérieure de l’abdomen décollé et avancé, fixé par une technique spécifique au thorax, pour modeler le sillon sous-mammaire.

Un redon sera placé sous la peau et retirer 24-48h plus tard. En fonction du type de reconstruction que vous avez convenue avec votre chirurgien, des gestes peuvent être réalisés sur l’autre sein pour une symetrisation ou autre. Un pansement imperméable sera placé sur la cicatrice et un soutien gorge de contention sera porter pour une durée de 4-6 semaines après l’intervention.

Si un expandeur est utilisé dans le premier temps pour expandre la peau, il sera placé sous le muscle aussi, la cicatrice fermée et un gonflement de l’expandeur se fera en consultation, à partir de 15 jour après l’opération, par des injections du sérum physiologique. Le changement d e l’expandeur par la prothèse définitive sera programmée quelques mois plus tard, en fonction du résultat obtenu et de la qualité de la peau.

Avant l’intervention

Si les consultations avec votre chirurgien vous orientent vers une reconstruction par prothèse, un demande d’entente préalable sera faite pour la prise en charge par l’Assurance Maladie.

Un dossier médical complet (photographies, fiche d’information SOFCPRE) devis et consentement éclairé) sera réalisé. La consultation avec l’anesthésiste programmé et un bilan préopératoire réalisé. Un bilan imagerie (échographie, mammographie) pour l’autre sein sera fait et vérifier par votre chirurgien.

L’arrêt du tabac est conseillé au moins 1 mois avant et après l’intervention, ainsi que l’arrêt de l’aspirine et les antiinflammatoires pendant 10 jours avant. Des ordonnances pour le soutien gorge de contention et des bas de contention vous seront remises.

L’intervention

La reconstruction par prothèse (ou expandeur) se réalise sous anesthésie générale, avec une hospitalisation de 48h ou plus, pour la surveillance des drains.

L’intervention dure 1.30-2h en fonction des gestes associé (symetrisation de l’autre sein).

Vous portez le soutien gorge de contention du lendemain.

Après l’intervention

Suites post-opératoires

En raison de la distension du muscle grand pectoral par la prothèse, des douleurs peuvent être parfois importantes les premiers jours, avec un traitement antidouleur adapté au fur et à mesure sur les jours suivants.

Vous porterez le soutien gorge jour et nuit pendant 4-6 semaines.

Les douches seront autorisées après l’ablation des redons. Les pansements imperméables vous permettant de prendre la douche.

Les fils sont résorbables.

Des séances de kinésithérapie post-opératoire avec massages et rééducation de la mobilité du membre supérieur peuvent être bénéfique pour accélérer la cicatrisation.

Un résultat immédiat est visible dès la sortie du bloc opératoire, mais l’œdème (le gonflement des tissus) peut masquer le résultat pendant 2-3 semaines.

Avec le temps la peau s’assoupli, le sein retrouve son galbe et son aspect naturel.

Un résultat définitif sera obtenu au bout de 3-6 mois environ.

Un changement de la prothèse doit être envisagé à long terme, votre chirurgien vous surveillera et conseiller au-dessus.

Complications possibles

Les complications tiennent souvent de la qualité de la peau (fine, abîmes par la radiothérapie, le tabac, l’exposition au soleil, le diabète, le surpoids).

L’hématome peut apparaître suite à un saignement, une ré-intervention étant parfois nécessaire.

L’infection de la prothèse, assez rare, traitées par des antibiotiques, ou dans les cas extrêmes par la dépose de la prothèse, une période d’attente de quelques mois et une nouvelle opération.

La coque- la capsule fibreuse péri-prothétique, peut apparaître à long terme si antécédent de radiothérapie, peau fine, prothèse trop volumineuse et peau abîmés.

Les problèmes des cicatrisations, la nécrose cutanée nécessiteront des soins spécifiques et une surveillance adaptée.

Le déplacement de la prothèse (parfois suite e rétraction cicatricielle de la peau, un traumatisme direct), la palpation du contour de la prothèse (peau fine), les vagues et les plis sous-cutanés palpables et visibles, le dégonflement de la prothèse (si prothèse en sérum physiologique), « usure » et « vieillissement » précoce de l’implant, un sérome tardif péri-prothétique (collection de liquide autour de la prothèse) ont été décrits aussi.

DOCTEUR
ADINA PETREA

CHIRURGIE PLASTIQUE & ESTHÉTIQUE À MELUN ET PARIS

Après le plaisir de l’apprentissage long et rigoureux, est venue la joie de la pratique et de l’expérience intense, la sérénité dans l’échange et le partage avec mes patients.

Contact Tarifs